Les passeurs de livres de Daraya, Delphine Minoui



Nombre de pages: 160


Description : De 2012 à 2016, la banlieue rebelle de Daraya a subi un siège implacable imposé par Damas. Quatre années de descente aux enfers, rythmées par les bombardements au baril d'explosifs, les attaques au gaz chimique, la soumission par la faim. Face à la violence du régime de Bachar al-Assad, une quarantaine de jeunes révolutionnaires syriens a fait le pari insolite d'exhumer des milliers d'ouvrages ensevelis sous les ruines pour les rassembler dans une bibliothèque clandestine, calfeutrée dans un sous-sol de la ville.

Leur résistance par les livres est une allégorie : celle du refus absolu de toute forme de domination politique ou religieuse. Elle incarne cette troisième voix, entre Damas et Daech, née des manifestations pacifiques du début du soulèvement anti-Assad de 2011, que la guerre menace aujourd'hui d'étouffer. Ce récit, fruit d'une correspondance menée par Skype entre une journaliste française et ces activistes insoumis, est un hymne à la liberté individuelle, à la tolérance et au pouvoir de la littérature.


Pour le coup je vous rajoute la biographie de l'actrice car ça me parait pertinent :

Delphine Minoui est grande reporter au Figaro, spécialiste du Moyen-Orient. Prix Albert Londres 2006 pour ses reportages en Iran et en Irak, elle sillonne le monde arabo-musulman depuis 20 ans. Après Téhéran, Beyrouth et Le Caire, elle vit aujourd'hui à Istanbul, où elle continue à suivre de près l'actualité syrienne. Elle est également l'auteur des Pintades à Téhéran (Jacob-Duvernet), de Moi, Nojoud, dix ans, divorcée (Michel Lafon), de Tripoliwood (Grasset) et de Je vous écris de Téhéran (Seuil).


Mon avis : C’est poignant. Pas toujours facile à lire, notamment parce que j’étais dans le déni. Je sais qu’il se passe des choses atroces en Syrie et que nous en parlons peu en Occident (à croire que leur vie est moins importante que nos tracas quotidiens) mais je ne m’attendais pas à ça. En effet, comment peut-on réellement comprendre leur enfer quotidien alors que nous n'avons jamais vécu en temps de guerre? Comment peut on encore laisser faire ce genre de chose au XXIeme siècle? Ces hommes sont des modèles, autant par leurs attitudes que par leur humour... Un témoignage qui montre également ce qu’est la puissance des mots, d’une culture. C’est à lire pour ouvrir les yeux et non comme une lecture doudou.


Si vous aussi vous voulez ouvrir les yeux, c'est par ici:

https://www.librairiesindependantes.com/product/9782021363029/


Belle journée

© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now